Travaux : comment travailler en hauteur en toute sécurité

Rédigé par Valentina - - Aucun commentaire

Travailler en hauteur en toute sécurité est essentiel pour empêcher vos employés de tomber au sol, au niveau inférieur ou dans des trous tels que des tranchées et des fosses de service. Idéalement, nous devrions terminer les travaux au niveau du sol, mais dans de nombreux cas, ce n'est pas possible.


Parce que tant de travail que nous effectuons exige que les employés travaillent en hauteur, les organisations doivent mettre en place des mesures de sécurité et se former aux pratiques sécuritaires. Dans cet article, nous examinons ce que signifie travailler en hauteur en toute sécurité et les mesures que vous pouvez prendre.

Sélectionnez l'équipement le plus approprié

Des mesures doivent être mises en place pour s'assurer qu'avant utilisation, tout équipement conçu, fourni et installé par d'autres est « adapté à l'usage », par ex. bien maintenu. L'echelle aluminium  doit être sélectionnée conformément aux normes applicables à l'utilisation prévue (avec tous les composants utilisés dans un système de protection contre les chutes nécessitant une résistance statique et dynamique adéquate et des facteurs de sécurité appropriés). Les composants de tout système doivent être compatibles. Des équipements de sauvetage spécifiques doivent, le cas échéant, toujours être présents sur le chantier. Lors du choix des équipements de travail destinés aux travaux en hauteur, il convient de tenir compte, dans le cas des équipements de travail d'accès et de sortie, de la distance à parcourir ainsi que de la durée et de la fréquence d'utilisation.

Utilisation de l'équipement

Des instructions et, le cas échéant, une formation pour une utilisation correcte de l'echelle aluminium doivent être fournies pour s'assurer que le personnel comprend la bonne méthode d'utilisation de l'équipement. Les ancrages et les dispositifs d'ancrage doivent avoir une marge de résistance et de stabilité adéquate. Ils doivent être incontestablement fiables. Le principe général est que pour toute charge à laquelle ils sont susceptibles d'être soumis, les composants métalliques doivent avoir un facteur de sécurité d'au moins deux et les composants en sangle (et similaires) doivent avoir un facteur de sécurité d'au moins trois. Il convient d'utiliser des ancrages et des dispositifs d'ancrage qui réduisent la distance de chute, conséquence de la chute et des chutes oscillantes. Des zones d'exclusion devraient être établies, le cas échéant, et des mesures prises pour empêcher la chute d'objets.

Contrôle et entretien

L'équipement doit être soumis à des contrôles avant utilisation, à des inspections détaillées et (le cas échéant) à des inspections intermédiaires par une personne compétente, et retiré du service si un défaut est détecté. Des registres appropriés doivent être conservés et disponibles. Il est important qu'il existe une procédure de quarantaine pour s'assurer que l'équipement défectueux ou suspect est retiré du service et ne revient pas en service sans l'inspection et l'approbation d'une personne compétente. L'équipement doit être maintenu propre et doit être stocké correctement. L'équipement ne doit jamais être stocké humide. L'équipement doit être maintenu dans un état sûr et fonctionnel. Soyez au courant des conseils des fabricants sur l'obsolescence. L'équipement ne doit pas être modifié ou réparé, à moins que cela n'ait été autorisé par le fabricant. Effectuez toujours des vérifications avant utilisation. L'équipement endommagé ne doit pas être utilisé ; et mis en quarantaine. Des registres appropriés doivent être conservés, par ex. inspections, systèmes de travail sûrs, etc.

Classé dans : Maison - Mots clés : aucun

Choisissez le bon garde meubles

Rédigé par Valentina - - Aucun commentaire

le déménagement se fait  toujours dans la foulée et on se trouve embrouillé en pensant où stocker nos affaires . le plus souvent plusieurs familles et entreprises recourent vers les gardes meubles.


Qu'est qu'un garde meuble au juste ?

Il s'agit  de la solution parfaite proposée par les déménageurs professionnels. C'est un service de stockage entre la date où ils viennent chercher les meubles chez les clients et la date où ils les emmèneront vers leurs nouveaux logements.  Cela assure le bon stockage des affaires à déménager dans un endroit totalement sécurisé où tout est géré et garanti par la société de garde-meubles et les déménageurs.

Pourquoi choisir un garde meuble ?

Il est possible de stocker de maintes choses dans un conteneur de garde meubles déménagement et pour des durées très différentes selon nos situations. Les affaires entreposées sont généralement des meubles pour un particulier ou des archives et des matériels pour une entreprise.

Ce service permet de tirer profit  des garanties et des avantages d’un service professionnel :

  • L’enlèvement et le placement des vos meubles en conteneurs à votre adresse de départ.
  • La manipulation de vos affaires et le chargement du conteneur sont réalisés  par des professionnels.
  • La protection et l’emballage de ceux-ci sont faits avec des fournitures de déménagement adéquates.
  • Le stockage est fait  dans des conteneurs en bois dont la taille varie entre 8 et 12 m² pour les boxes standards et jusqu’à 100 m² pour les plus grands selon les entrepôts de stockage.
  • Les conteneurs sont  plombés et scellés pour vous garantir et faciliter  de retrouver vos biens.
  • L’identification précise des lots est exécutée à travers une déclaration de valeur.
  • La protection contre les différentes situations climatiques est assurée par : surveillance anti-parasites, contrôle des accès par alarmes, matériels anti-feu, surveillance incendie et vol, etc…
  • L’engagement pris par un garde-meuble est de vous rendre vos meubles en l’état, tels qu’ils étaient à leur prise en charge, et de couvrir une certaine  responsabilité de dépositaire. Cette responsabilité  se manifeste , soit par vous rendre les biens confiés dans le même état, soit à vous rembourser de la valeur déclarée par vos soins lors de leur dépôt.

==> Il y a des normes et des certifications qui vous assurent du professionnalisme et du sérieux d’un garde meubles, lorsque vous faites  recours  aux services d’un déménageur professionnel, tel que  le label « certification norme NF en garde-meuble » ou même l’appartenance du garde meuble à la chambre syndicale du déménagement.

Comment choisir son garde meuble ?

Le garde-meubles de nos jours est de plus en plus proposé par des sociétés spécialisées dans le stockage ou l’entreposage et plus précisément par des déménageurs professionnels. Ces sociétés  proposent des alternatives intéressantes comme le self-stockage, plus souple mais proposant des garanties et des assurances similaires.

Pour s’assurer de la bonne prévention de vos biens, le garde meuble doit être éligible à certains critères :

  • Le taux d’humidité du box de rangement doit  être modéré, sinon vos meubles risquent de s’altérer rapidement.
  • Votre garde-meuble doit être doté d’un service de sécurité performant avec une télésurveillance, des alarmes, des agents de sécurité, une fermeture sécurisée des box et une assurance en cas de sinistre.
  • Les horaires d’ouverture du garde-meuble doivent être souples et surtout compatibles avec votre emploi du temps.
  • Il est préférable de choisir un box de rangement auprès de sa maison ou de son travail pour éviter les longs déplacements, économiser surtout le coût et simplifier le transport de vos biens.
  • L’idéal serait que le garde-meuble dispos d’un espace de stationnement pour simplifier le chargement de l’affaire lourde et encombrante.
  • Portez une attention particulière et importante au contrat de location de votre box. Vous devez bien vérifier  la durée de préavis en cas de résiliation de contrat, le montant de la caution et les frais de dossiers.
  • La propreté des locaux est fondamentale surtout si vous entreposez du matériel professionnel ou des œuvres d’art.
  • Un nouveau type de box de rangement est souvent disponible pour stocker ses meubles à très bas prix : les centres low-cost. Ce sont des conteneurs maritimes disposés dans une aire  surveillée. Ils sont pratiques et proposent des frais attractifs pour entreposer ses meubles

Finalement, on tient à vous dire qu'il peut cependant y avoir quelques contraintes liées à l’utilisation d’un garde-meubles concernant les horaires d’ouvertures par exemple ou ceux des accès aux boxes qui sont généralement restreints. L’ajout ou le retrait d’une partie de vos meubles posent souvent des problèmes et peut se révéler impossible avec le sceau apposé sur les box au moment de leur dépôt.

Classé dans : Maison - Mots clés : aucun

Comment savoir si un interrupteur est défectueux ?

Rédigé par Stéphanie - - Aucun commentaire

Les interrupteurs d'éclairage sont faciles à prendre pour acquis. Ils sont utilisés des milliers de fois au fil des ans, jusqu'au jour où ils commencent à tomber en panne et doivent être remplacés. Certains signes d'un mauvais interrupteur d'éclairage sont évidents. Par exemple, s'il y a un claquement, un craquement ou un pop audible lorsque vous actionnez l'interrupteur, il est assez évident que l'interrupteur est défectueux et qu'il est temps de le remplacer par un nouveau.


Pourquoi les interrupteurs d'éclairage se détériorent-ils ?

Comme tout autre type de machine simple, les interrupteurs d'éclairage ont plusieurs pièces mobiles. Avec le temps, ils s'usent. Les connexions peuvent se desserrer et les pièces en plastique peuvent se casser. Un jour, chacun de vos interrupteurs devra être remplacé.

Quatre signes qu'il est temps de remplacer un interrupteur

Lorsque vous avez mis une ampoule neuve dans le luminaire mais que l'interrupteur ne l'allume toujours pas, c'est un signe clair que l'interrupteur est mort.

Un electricien Melun vous donne les autres signes indiquant qu'un interrupteur d'éclairage a dépassé son apogée.

Luminaire capricieux

Nous avons tous eu ce seul interrupteur qui ne fonctionne tout simplement pas correctement. Parfois il s'allume, parfois non. Parfois, il clignote pendant une seconde avant de s'allumer. Et mettre une nouvelle ampoule ne résout pas le scintillement. Si cela se produit, les connexions appropriées ne sont pas établies dans l'interrupteur d'éclairage et il est temps pour un nouvel interrupteur.

L'interrupteur fait des étincelles

À l'occasion, vous pouvez voir une petite étincelle lorsque vous éteignez l'éclairage. C'est ce qu'on appelle un arc de charge, qui se produit lorsque les connexions à l'intérieur de l'interrupteur sont éloignées les unes des autres. Si, cependant, il y a une grosse étincelle qui fait un « claquement » audible, l'interrupteur d'éclairage a mal tourné. Si cela se produit et que vous voyez de la fumée ou des traces de brûlure, il est certainement temps d'acheter un nouvel interrupteur.

Interrupteur bruyant

Lorsqu'ils fonctionnent correctement, les interrupteurs d'éclairage ne font aucun bruit. Ainsi, si vous commencez à entendre des clics, des bourdonnements ou des éclats provenant du commutateur, quelque chose dans le commutateur ne fonctionne pas correctement. Il est temps de remplacer cet interrupteur.

L'interrupteur est chaud au toucher

Lorsque vous éteignez un gradateur, vous remarquerez peut-être qu'il est un peu chaud au toucher après avoir été allumé pendant un certain temps. C'est normal. Cependant, il n'est pas normal qu'un interrupteur à bascule standard se réchauffe. Ces interrupteurs d'éclairage doivent toujours être cool. Si un interrupteur est chaud, il est temps d'en changer.

Comment utiliser un multimètre pour tester un interrupteur d'éclairage

Un multimètre est un appareil de test portatif utilisé pour mesurer la tension électrique. Les électriciens et les entrepreneurs les utilisent pour résoudre les problèmes sur les moteurs, les appareils, les circuits, les alimentations, les systèmes de câblage, etc. Vous pouvez utiliser un multimètre pour vérifier si un interrupteur d'éclairage fonctionne normalement.

Pour tester un interrupteur avec un multimètre :

  • Éteignez le disjoncteur qui alimente l'interrupteur d'éclairage testé.
  • Désinstallez l'interrupteur d'éclairage.
  • Allumez le multimètre et mettez-le sur le réglage Continuité ou Ohms (selon le modèle que vous possédez).
  • Déterminez si vous avez un interrupteur unipolaire ou un interrupteur à trois voies. Les interrupteurs unipolaires ont deux vis de borne latérales et peuvent avoir une vis de mise à la terre près de l'une des extrémités. Un interrupteur à trois voies aura une vis de couleur foncée (la borne « commune ») et deux bornes latérales normales (les « voyageurs »).

Pour tester un interrupteur d'éclairage unipolaire, touchez un fil de multimètre à chacune des bornes latérales. Lorsque vous allumez l'interrupteur, le multimètre doit afficher une lecture de 1.

Pour tester un interrupteur à trois voies, maintenez un fil de multimètre à la vis commune et touchez l'autre fil à l'un des voyageurs. Lorsque vous allumez l'interrupteur, le multimètre doit afficher une lecture de 1. Ensuite, touchez le deuxième fil à l'autre voyageur pour le tester également.

Si votre commutateur échoue à ce test, il doit être remplacé.

Une fois que vous avez un interrupteur d'éclairage fonctionnel, installez-le soigneusement alors que l'alimentation est toujours coupée. N'oubliez pas de remettre le disjoncteur sous tension !

Classé dans : Maison - Mots clés : aucun

Fissures maison : pourquoi procéder à une expertise sécheresse et vers qui se tourner ?

Rédigé par Stéphanie - - Aucun commentaire

Tous les yeux sont actuellement rivés sur l’incendie monstre ravageant le Canada. En France, le déficit d’eau demeure aussi un problème, même si la situation n’est pas encore catastrophique.


Mais prenez garde ! Les conséquences sur l’habitation peuvent être importantes. N’attendez pas qu’il soit trop tard. Prévoyez  une expertise sécheresse.

Épisode de chaleur : la France n’est pas épargnée

Une expertise sécheresse consiste à réaliser un état de lieux sur les conséquences de la sécheresse sur l’habitation. L’Hexagone, à l’instar de nombreux pays, a connu plusieurs années de sécheresse météorologique. La dernière en date est celle s’étant produite en 2019. Ce cauchemar météorologique a touché près de 87 départements, à des degrés différents.

La suite n’est pas encore rassurante, même si 2020 et 2021 apparaissent plus ou moins frais et cléments. La variabilité du climat naturel n’est pas en faveur de la planète. À cela s’ajoute le dérèglement climatique dû à l’activité humaine. Résultat : nous sommes en plein dans une phase de chaleur qui va se poursuivre jusqu’en 2022. Par rapport à l’ère préindustrielle, la planète est sur le point de gagner +3°C selon les scientifiques.

Fortes chaleurs et sécheresse : des phénomènes qui touchent beaucoup de pays

La situation actuelle au Canada démontre à quel point la chaleur et la sécheresse peuvent se montrer impitoyables. Fin juin 2021, le village canadien de Lytton a littéralement été réduit en cendre par une chaleur implacable. De l’autre côté de l’Arctique, la température est récemment montée jusqu’à 48°C. La Sibérie fait face, elle aussi, à une canicule persistante.

Pour la France, la chaleur et le déficit d’eau sont des problèmes réels. La première se manifeste par des températures élevées, entraînant l’évaporation de l’eau dans le sol. Ensuite, c’est l’état de sécheresse qui affecte aussi bien l’homme que les biens. L’absence ou l’irrégularité de pluies, en l’occurrence au printemps, entraîne le déficit en eau. Cela se manifeste par une diminution au niveau des nappes phréatiques.

Le temps de penser à une expertise sécheresse

Les bâtiments industriels et les maisons individuelles peuvent souffrir des conséquences de la sécheresse. Particulièrement pour les habitations, l’impact sera plus fort en raison d’une fondation peu profonde. Celles-ci se trouvent donc en ligne de mire des structures victimes des épisodes de forte sécheresse.

La réalisation d’une expertise sécheresse s’impose alors si votre maison présente des signes inquiétants. Il peut s’agir d’affaissements ou de décollement du carrelage/dallage. Une difficulté à ouvrir/fermer les menuiseries a souvent aussi un rapport avec l’impact de la sécheresse sur la maison. Parfois, il peut s’agir de jointures qui se décollent au niveau des escaliers, de la véranda, de la terrasse, etc. Un épisode de chaleur intense va jusqu’à entrainer des dommages des canalisations.

Qui peut réaliser ce genre d’expertise en France ?

Avant tout, vous devez savoir qu’une expertise sécheresse est loin d’être une prestation anodine. Si elle n’est pas réalisée correctement, il s’ensuit logiquement une dévalorisation du bien par l’assureur. Ainsi, vous percevrez une indemnisation bien en dessous de ce qui est juste. D’où l’intérêt de solliciter les services d’un expert en la matière.

Dans ce cas, il vaut mieux faire appel à un cabinet expert en bâtiment faisant preuve de rigueur et de professionnalisme. Celui-ci, idéalement, doit se composer d’architectes et de géotechniciens. Ces professionnels sont ceux qui peuvent réaliser l’expertise et ainsi vérifier les fissures d’habitation. En plus, ils vous assistent en vous faisant connaître vos droits et leurs validités par rapport aux conventions et lois. En bref, l’intervention de ces experts a pour but de défendre au mieux l’intérêt des clients ayant fait appel à eux.

               En conclusion, on souligne l’importance de confier une expertise sécheresse à un professionnel. C’est de cette manière que vous pouvez prétendre à un remboursement des plus justes de votre assureur.

Classé dans : Maison - Mots clés : aucun

Comment choisir son constructeur de maison ? Quelques conseils pratiques

Rédigé par Stéphanie - - Aucun commentaire

Pour de nombreuses personnes, construire une maison est le projet d'une vie. Afin de mener à bien ce dernier, il est primordial de bien s'entourer. Pour la construction de votre maison, vous avez décidé de faire appel à un constructeur ? Afin d'éviter les mauvaises surprises au cours des travaux ou bien à la fin des travaux, il est recommandé de bien choisir le constructeur à qui confier la construction de votre maison.


Devant le large choix des  offres sur le marché, il est assez difficile de choisir. Les lignes qui suivent vous proposent quelques astuces et conseils qui vous aideront à choisir le bon professionnel pour vous aider.

Quelles sont les responsabilités du constructeur de maison individuelle ?

Pour vous aider à choisir le meilleur constructeur pour votre maison, il est nécessaire de savoir les responsabilités de ce dernier. Il vous sera ensuite facile de décrypter des conseils  sur la construction d'une maison, notamment dans le choix de votre constructeur. Sachez que le constructeur est considéré comme étant le chef d'orchestre du chantier.

 Il est le responsable, de ce fait, du contrat comprenant une notice descriptive et des plans de la maison. Le constructeur prend également en charge les réglementations techniques en vigueur pour la construction de votre maison individuelle. En outre, le professionnel est le responsable de la tarification, mais aussi des délais fixés dans le contrat de construction de maison individuelle.

 

Choisir son constructeur de maison individuelle : prendre en compte le volet administratif

Avant de signer un contrat avec un constructeur, il est toujours recommandé de vérifier certains points. Vous devez, par exemple, vérifier le côté administratif du constructeur. Un professionnel dans le domaine se doit, normalement d'être inscrite au  Registre du commerce et des sociétés. Cela vous assure que l'entreprise a une existence juridique. D'une manière générale, le numéro RCS , le numéro SIREN/SIRET ou le bien le numéro TVA de la société.

Toujours dans le volet administratif, ne manquez pas d'identifier l'emplacement de la société de construction. Veillez à ce que l'adresse indiquée soit bien l'adresse de l'entreprise et non d'une domiciliation. Il est recommandé de choisir un constructeur qui se trouve près du chantier. Vous vous affranchissez ainsi, des contraires horaires, mais aussi des frais de déplacement qui peuvent être élevés. Vous aurez également l'occasion de suivre de près l'avancement des  travaux.

Pour choisir un constructeur de maison individuelle, renseignez-vous sur sa situation financière et juridique. Même si cette vérification est, généralement payante, elle peut s'avérer fortement utile. Pour cela, rendez-vous sur le site Infogreffe  et assurez-vous que l'entreprise n'est pas en dépôt de bilan ou bien en redressement judiciaire. Enfin, demandez aussi un certificat de titulaire du  droit d'usage de la marque NF Habitait. Il s'agit d'un gage de qualité, mais aussi de sécurité.

 

Faire son choix en fonction des assurances proposées par l'entreprise de construction

Pour faire le bon choix, veillez à vous référer aux assurances du constructeur de maison individuelle. Un professionnel, doit par exemple, être souscrit à une assurance « Garantie décennale ».

Cette dernière doit être jointe au contrat et doit couvrir toutes les prestations que vous souhaitez lui confier. Cette garantie couvre, généralement, les réparations des dommages matériels qui surviennent dans les 10 ans après la réception des travaux. Ensuite, une entreprise professionnelle doit également avoir une assurance de garantie de bon fonctionnement des équipements.

Vous serez alors assuré et remboursé en cas de dommage de vos équipements dans les deux ans suivant la réception des travaux. La garantie responsabilité civile du chef d'entreprise est également obligatoire. Cette assurance couvre les dommages matériels ou corporels dès le début du chantier jusqu'à la livraison des travaux.

Classé dans : Maison - Mots clés : aucun
Fil RSS des articles de cette catégorie